Célébration biblique: Portraits et légendes

By Élie Wiesel

Adam (ou le mystère du commencement), Abraham et Isaac (ou histoire du survivant), Joseph (ou l'éducation d'un juste), activity (ou le silence révolutionnaire), d'autres personnages bibliques sont ici évoqués par un conteur qui les fait émerger tout ruisselants de leur passé et du passé de ceux qui transmirent l. a. mémoire - et tout présents à ceux auxquels le poète ouvre cette monstrous symbolique pour aujourd'hui."Enfant je lisais ces récits bibliques avec un émerveillement mêlé d'angoisse. J'imaginais Isaac sur l'autel, et je pleurais. Je voyais Joseph prince d'Egypte, et je riais..." Cet émerveillement et cette angoisse, Elie Wiesel les fait partager à ses lecteurs dans cette interprétation à los angeles fois poétique et critique qui s'appelle le midrash.Né en Roumanie en 1928, rescapé d’Auschwitz, Élie Wiesel a reçu le prix Nobel de los angeles paix en 1986. Philosophe et écrivain, il est notamment l’auteur de l. a. Nuit et d’ Un désir fou de danser.

Show description

Quick preview of Célébration biblique: Portraits et légendes PDF

Show sample text content

Pourquoi ce privilège ? Ses ancêtres eurent affaire à Dieu et surent en être dignes ; Joseph eut affaire aux hommes et n’en fut pas moins digne. Souffrir entre les mains de Dieu est moins douloureux, ou autrement douloureux que de subir l. a. cruauté des hommes, fussent-ils nos frères, particulièrement s’ils sont nos frères. Joseph, le superior Juif à souffrir aux mains des Juifs, sut dompter sa peine et sa désillusion, et joindre son destin au leur. Joseph, un Juste ? Titre mérité, c’est indéniable, mais, dans le texte biblique, un adjectif le décrit aussi bien : il était beau.

Puissé-je être victime de tels voleurs chaque nuit, dit le roi. — Pourtant, c’est ce qui est arrivé à Adam, dit l. a. fille de Rabban Gamliel : Dieu lui a pris une côte, c’est vrai ; mais, en échange, il lui a donné une belle femme pour l’aider, le servir et l’écouter. Mais alors, pourquoi Adam ne fut-il pas consulté ? Après tout, cela le concernait un peu, non ? S’il existe une réponse, je ne l’ai pas trouvée dans nos légendes. Peut-être Dieu préférait-il ne pas risquer un refus. De toute façon, Adam, devant le fait accompli, se déclara heureux et prêt à l’épouser.

Un prêcheur qui torture est un sadique. On ne joue pas avec los angeles vie d’autrui. On ne tue jamais pour l’homme ; ni pour Dieu. Tout meurtre est contre l’homme et contre Dieu. Fils du prime homme, Caïn perd ses privilèges à partir du second où il a du sang sur les mains. Le mot frère revient souvent dans le texte, rappel en apparence superflu ; nous savons qu’ils sont frères. Mais le terme est répété pour souligner un principe fondamental : qui tue, tue son frère ; et, lorsqu’on a tué, on n’est plus le frère de personne.

Partout on glorifiait les événements qui avaient rempli sa vie sur Terre. Le ciel le glorifia sept fois. Et les eaux le glorifièrent sept fois. Et le feu le glorifia sept fois. Et toute l’histoire humaine proceed à le glorifier. Nul ne connaît le lieu où il repose. Pour les hommes des montagnes, sa tombe se trouve dans los angeles vallée ; pour les hommes des vallées, elle se trouve dans los angeles montagne. Elle n’est devenue ni temple ni musée. Elle est partout et ailleurs, toujours ailleurs. Personne n’était présent lors de sa mort.

Dieu veut que l’homme soit récupérable, toujours. Alors Adam compose un chant, Mizmor shir leyom ha-Shabbat, un cantique célébrant le septième jour : le best chant humain est celui de l. a. gratitude. l. a. narration, maintenant sereine, approche du dénouement — et le dénouement est heureux : Caïn, l’homme du crime brutal, du cynisme mensonger, constitue l. a. preuve vivante que le pardon est attainable, justifiant ainsi l’espoir dans le renouveau sinon dans le destin de l’homme. Cependant l’énigme subsiste : pourquoi Caïn a-t-il tué ?

Download PDF sample

Rated 4.90 of 5 – based on 24 votes